Le rachat des trimestres de retraite

Le rachat des trimestres de retraite

Il vous manque des trimestres pour percevoir une pension de retraite optimale ? Sachez que vous pouvez racheter jusqu’à 12 trimestres au maximum, soit 3 ans, auprès du régime de base. Cependant, le coût du rachat de trimestres s’élève au fil du temps. Il est en effet basé sur l’âge, avec un barème évolutif, sur le revenu moyen au cours des trois dernières années et sur le type de rachat (hausse du taux pour le calcul de la pension et/ou allongement de la durée d’assurance). Il faut compter en moyenne entre 2 000 € et 6 000 € par trimestre. Le rachat de plusieurs trimestres avant le départ à la retraite peut donc s’avérer très onéreux. Même si ces sommes sont déductibles de vos revenus imposables annuels, il convient donc de bien faire ses comptes.

Le crédit à la consommation

Le crédit à la consommation

D’un montant de 200 à 75.000 euros, le crédit à la consommation est destiné au financement d’opérations autres qu’un achat immobilier. Les crédits à la consommation ou prêts personnels sont une solution d’assistance lorsqu’on ne dispose pas d’épargne de précaution. Ils permettent de se procurer des biens de consommation (une nouvelle voiture, un équipement mobilier ou informatique, etc.) dont on a besoin dans l’immédiat alors que ses propres épargnes ne permettent pas de les acquérir. Avoir recours à un crédit de consommation présente de nombreux avantages, mais ce type de financement requiert de la prudence, car il peut appauvrir sur la durée, avec le coût des intérêts, si l’on en abuse. Ainsi la souscription à un crédit est une opération qui requiert une bonne préparation. Vous l’aurez compris, il s’agit d’un engagement financier qui va durer quelques années et ayant divers impacts sur vos finances. Il est donc préférable de bien étudier la question avant de se lancer pour optimiser la réussite de ce type de projet.

Le coût marginal et les économies d'échelle

Le coût marginal et les économies d'échelle

Pour une usine de production, le coût marginal d’un produit est le coût de la fabrication d’une série supplémentaire. Par définition, le coût marginal contient toujours des charges variables (c’est-à-dire dépendantes des quantités produites) puisqu’il y a accroissement de la production. Mais il peut aussi comporter des charges fixes (ne dépendant pas des quantités produites) car il peut arriver qu’il faille modifier la structure de l’entreprise pour produire une série supplémentaire. On peut par exemple imaginer qu’il faille amortir une nouvelle machine ou qu’il faille embaucher un cadre. ​ Le coût marginal permet de répondre à certaines questions telles que : est-il rentable d’accroître la production ? est-il rentable d’accepter une commande supplémentaire ? quel est le niveau d’activité industrielle et commerciale optimal d’une entreprise, lui permettant de maximiser le profit ?

Le métier de Contrôleur de gestion

Le métier de Contrôleur de gestion

Le Contrôle de Gestion est apparu dans les années 20 au sein de grandes entreprises industrielles américaines dont General Motors. La question de départ était celle-ci : comment gouverner une grande entreprise en croissance et innovatrice, comment surtout centraliser les résultats des multiples unités ? Puis à partir de 1970 : l’environnement économique devient de plus en plus incertain. Cela a entraîné une évolution du métier de Contrôleur de Gestion qui devient davantage un « chef de projet de la performance ». On donne alors la définition suivante : le contrôle de gestion vise à confronter en permanence et à tous les niveaux de décision les résultats obtenus aux objectifs fixés afin d’acquérir la maîtrise du système pour une amélioration des performances. Ce métier évolue actuellement vers des fonctions de conseil et de communication.

Comment évaluer une formation ?

Comment évaluer une formation ?

Le plan de formation est très coûteux pour l’entreprise, l’évaluer favorise son optimisation. L’évaluation de la formation a pour but de mesurer l’efficacité des dispositifs mis en place pour les collaborateurs et les écarts entre les objectifs fixés par la formation et résultats effectivement obtenus. Et d'une manière plus large, s'assurer de la pertinence et de la rentabilité des actions de formation au niveau de l'entreprise. 90% des entreprises évaluent la satisfaction des participants à l’issue d’une action de formation, mais très peu sont celles qui ont recours à des retours d’expérience plus complets. Manque de temps, choix des indicateurs, compétences limitées… De nombreuses raisons expliquent la réticence des entreprises à mettre en place d’autres types d’évaluation.